Les espaces forestiers ont été, pendant des siècles, exploités à plusieurs fins. Beaucoup d’entre elles ont été personnelles. Chacune de ces exploitations génère un rendement différent de l’autre et qui dépend fondamentalement du cadre qui la régit. Pour un une meilleure rentabilité de l’exploitation des ressources forestières, des groupements ont été mis en place. Parmi eux se trouve les Groupements Forestier d’Investissement (GFI). Ces groupements offrent un cadre juridique adéquat à la gestion des espaces forestiers. Leur bon fonctionnement permet une meilleure exploitation et un rendement efficient. Qu’est-ce qu’un GFI ? Et quels sont ces avantages ?

Qu’est-ce qu’un Groupement Forestier d’Investissement (GFI) ?

Les Groupements Forestiers d’Investissement (GFI) sont des associations de personnes physiques ou morales ayant obtenu des agréments auprès des autorités des marchés financiers pour procéder aux appels publics à l’épargne. Leur fonctionnement est comparable à celui des Sociétés de Placement Immobilier mais où les actifs mobilisés seront investis dans l’acquisition des espaces forestiers. Un GFI, en opposition aux groupements familiaux, n’est pas fermé aux adhésions. Toute personne, exerçant dans le secteur ou non, peut participer à la levée de capitaux pour l’investissement à réaliser. Cette nouvelle catégorie de groupement est plus accessible, avec des droits d’adhésions moins élevés. Ce qui offre l’opportunité aux personnes qui n’ont pas de grands moyens d’y participer. Contrairement à d’autres groupements de son genre, un GFI a des risques limités, car des assurances doivent être prises envers les contribuables. Il impose aussi à ces derniers, une diversification de leur investissement et se confère une limitation de responsabilités.

Les avantages du Groupement Forestier d’Investissement

Un GFI possède plusieurs avantages. Ces avantages sont souvent fonctions de la richesse forestière du milieu dans lequel il est créé. Parmi eux, cinq (05) vous seront exposés ici. Premièrement, la filière du bois est l’une de celles qui se portent le mieux dans le monde car le bois est une ressource renouvelable. Les surfaces boisées sont plus rependues et offrent de plusieurs variétés de bois. Elles se régénèrent en peu de temps à condition qu’elles soient exploitées rationnellement. Deuxièmement, le bois est un bien tangible, il se pérennise et ne subit pas les turpitudes de la conjoncture économique. Aucune crise financière ne pourrait impacter votre investissement dans le secteur du bois. Troisièmement, les diversifications d’investissements exigés par le GFI permettent une réduction considérable des risques liés à la disparition d’une espèce florale. Les fonds sont orientés en fonction des essences les plus populaires afin de permettre à celles en voie de disparition d’avoir du temps pour arriver à maturité. Ensuite, les rendements du secteur forestier des GFI sont pour la plus temps exonérés d’impôts ou du moins imposés très faiblement compte tenu du fait que l’activité est parfaitement cadrée juridiquement. Enfin, le bois est un investissement plus liquide qu’on ne le pense car la demande est souvent au-dessus de l’offre.

Écrire Un Commentaire